DURANT LES VACANCES, LES HôTELS 'ADULTS ONLY' ONT DE PLUS EN PLUS LA COTE: "C'EST POUVOIR S'AUTORISER LE DROIT D'EXISTER EN TANT QUE COUPLE"

Une parenthèse sans enfants : un argument de vente à destination des clients qui veulent partir sans leur progéniture ni celle des autres. Élodie et Ségolène sont mamans, mais elles quittent leur petit pour trois jours à Salou. Pour elles, il s'agit là d'une première escapade sans enfants, et même sans monsieur. "C'était tabou de partir sans les enfants, effectivement, mais on a évolué et tant mieux", explique l'une d'elles.

Les catalogues proposent aujourd'hui des sélections 'Adults only', une demande décomplexée. Déborah Bernard, cheffe d'une agence de voyages, explique ce phénomène : "Avant, ça dépendait des clients, mais c'est vrai qu'on faisait passer ça différemment en demandant plus de calme, de tranquillité ou de sérénité. Maintenant, ils nous le disent clairement".

Depuis 5 ans, les voyages 'Adults only' représentent 20 % de ventes en plus chez ce tour-opérateur. "Ils choisissent aussi des hôtels de gamme supérieure, donc principalement des hôtels 5 étoiles, qui proposent des prestations un peu plus premium comme des cours de yoga, de méditation et de cuisine très recherchés. Il s'agit vraiment d'une expérience totale et non seulement du concept sans enfants", précise Sarah Saucin, porte-parole de TUI.

Les professionnels s'adaptent à ces demandes, pour des couples ou des amis, souvent hors saison ou pour des fêtes, avec des prix généralement un peu plus élevés. "Les petites différences se remarquent également au niveau du service. (...) C'est beaucoup plus personnalisé, les hôtels sont plus modernes, plus épurés, c'est tout à fait différent, un peu plus cosy", explique Antonella Siddu, directrice d'une agence de voyages.

Mais pour certaines personnes, partir seulement entre adultes n'est pas toujours une expérience agréable. C'est notamment le cas de Nadia, qui préfère partir avec son petit-fils cet été. "Je trouve ça monotone, parce que les enfants, c'est la vie et les vacances sans enfants, c'est trop calme. Je culpabiliserais de savoir que je suis en vacances et que mon petit garçon est ici sous la pluie".

Pour cette psychologue, il est néanmoins bon de faire une pause sans enfant, et ce, sans culpabilité. "Cela part aussi du principe que les besoins des enfants, des adultes et des parents sont différents. C'est pouvoir s'autoriser le droit d'exister en tant que couple sans pour autant être de mauvais parents. Cela s'ajoute également à un quotidien de plus en plus contraignant avec une charge mentale importante, et donc un besoin de décompresser qui se fait sentir de plus en plus", explique Emilie Maroit.

Au sein des familles recomposées, les agendas des parents permettent davantage ce type de départ pour mieux se retrouver tous ensemble lors d'un autre voyage.

2024-07-09T19:21:09Z dg43tfdfdgfd