ROMANS, FILMS, SéRIES, EXPOS… NOTRE SéLECTION CULTURELLE POUR L’éTé, Où QUE VOUS SOYEZ

En Italie, le dolce farniente

Série : « Ripley », par Steven Zaillian (Netflix)

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Il fallait oser décliner le chef-d’œuvre de René ­Clément « Plein Soleil » en mini-série. Grâce à une photographie léchée en noir et blanc, un ralentissement de l’intrigue permettant d’explorer les tensions entre les protagonistes et une mise en scène offrant son meilleur rôle à Andrew Scott, c’est une réussite totale.

Arnaud Sagnard

Films : « Trois fois Visconti », en salle à partir du 31 juillet

« Senso », liaison d’une comtesse vénitienne et d’un officier autrichien, colle à la putréfaction d’un monde en voie de disparition.

« Ludwig ou le crépuscule des dieux », à la déchéance de Louis II de Bavière, monarque fou.

« L’Innocent », à celle de la bourgeoisie dont un représentant jaloux sacrifie un enfant bâtard. Trois chants funèbres en copies restaurées où coule le même sang noir.

Sophie Grassin

Roman : « la Fileuse de verre », par Tracy Chevalier

Si vous avez aimé « la Jeune Fille à la perle », rebelote. Mais, cette fois, c’est à Murano qu’une jeune fille, en pleine Renaissance italienne, cherche à façonner les plus belles perles de verre du royaume de Venise. Tracy chevalieresque.

Didier Jacob

Rroman traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff, Quai Voltaire, 450 p., 24,80 euros.

Festival : Dolcevita-sur-Seine, Paris-5e

Pour fêter le centenaire de la naissance de Marcello Mastroianni, plusieurs de ses films cultes projetés à ciel ouvert et dans des salles partenaires, mais aussi une expo sur les péplums et l’intégrale du merveilleux « Nos meilleures années » (six heures). A ne pas manquer, le désopilant spectacle « Italie-Brésil 3 à 2 » de Davide Enia…

Nedjma Von Egmond

Aux arènes de Lutèce, Paris-5e, du 12 au 16 juillet.

Podcast : « Une histoire de la variété italienne “Viva Italia !” »

Celentano, Battisti, Conte, Cutugno… Rebecca ­Manzoni retrace l’histoire d’une bande-son étroitement liée à celle du boom économique du pays après guerre. Un programme d’apparence légère, qui se révèle, comme les bluettes transalpines, à prendre très au sérieux.

Hélène Riffaudeau

Par Rebecca Manzoni, France-Inter

Polar : « la Stratégie du lézard », par Valerio Varesi

Voici du pur roman noir italien. Parme sert de cadre à cette nouvelle enquête du commissaire philosophe Soneri, sorte de Maigret qui aurait remplacé la pipe par un Toscano. La disparition d’un vieil homme sénile va l’entraîner au cœur de la corruption. Un polar d’une poésie sombre.

Fabrice Tassel

Traduit de l’italien par Florence Rigollet, Agullo, 388 p., 22,90 euros.

Dans les Iles britanniques : Country Club

Théâtre : « Conte d’hiver », de Shakespeare

Un vaisseau de bois renversé, dont le fond de scène s’ouvre sur la forêt des Vosges. La magie sans cesse renouvelée des spectacles du Théâtre du Peuple. Ici, la fringante tragicomédie shakespearienne dans une traduction de Bernard-Marie Koltès. Dès 10 ans.

N. V. E.

Mis en scène par Julie Dellile, Théâtre du Peuple, Bussang (Vosges), du 20 juillet au 31 août.

Série : « Bodkin », par Jez Scharf (Netflix)

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Trois podcasteurs américains débarquent dans un village irlandais pour enquêter sur un cold case et réveillent chez les locaux des secrets enfouis depuis des lustres. Ce whodunit se moque autant des mœurs de la cambrousse que de celles des citadins venus s’y perdre.

A. Sa.

Série : « Slow Horses », Saison 3

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Affreux, sale et méchant, Jackson Lamb (incarné avec gourmandise par Gary Oldman), l’un des meilleurs espions du Royaume-Uni, dirige une section de rebuts des services secrets. Son équipe revancharde est confrontée à une fuite de données et à un kidnapping. A déguster comme un whisky écossais.

A. Sa.

Par Saul Metzstein, Apple TV +

Expo : « Turner, le sublime héritage », à Monaco

Les peintures de William Turner quittent exceptionnellement la Tate de Londres pour le soleil de la Riviera. Les paysages de l’Anglais dialoguent autour de la notion de « sublime », cet émerveillement teinté d’effroi face à la nature, avec des œuvres de Mark Rothko, Laure Prouvost, James Turrell…

J. B.

Au Grimaldi Forum, du 6 juillet au 1er septembre

Roman : « Sur l’île », par Elizabeth O’Connor

Une île perdue du côté du pays de Galles. Dans les années 1940, une jeune fille se morfond dans sa communauté de pêcheurs de homards. Des Anglais arrivent. Faut-il faire confiance à ces deux inconnus ? Un livre merveilleusement simple et une invitation au voyage.D. J.

Traduit de l’anglais par Claire Desserey, JC Lattès, 272 p., 21,90 euros

Théâtre : « Hamlet », de Shakespeare

Les errances du prince de Danemark pour les jeunes dès 9 ans. Pour l’incarner, quatre actrices et quatre acteurs se passent le relais, entre crépuscule et nuit noire dans ce beau théâtre de plein air

N. V. E.

Mis en scène par Audrey Bonnet, Théâtre de Verdure, bois de Boulogne, Paris- 16e, jusqu’au 13 juillet

Marseille : on dirait le Sud

Série : « Tapie », par Tristan Séguéla (Netflix)

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Rondement menée, cette mini-série raconte avec brio l’ascension et la chute du prince des années 1980. Très à l’aise en grande gueule n’ayant peur de rien, Laurent Lafitte subjugue dans la peau du petit banlieusard devenu patron ultra-médiatique, député puis ministre avant de passer par la case prison.

A. Sa.

BD : « Chroniques du grand domaine », par Lili Sohn

Une enquête sur le Grand Domaine, résidence où règne l’entraide, comme l’a découvert l’autrice en y posant ses cartons en 2017. Reflets de l’histoire et de la diversité marseillaises, elle a abrité la diaspora arménienne, une association pour le droit des étrangers, des réfugiés, des artistes… Un joyeux portrait choral.

A. Sch.

Delcourt, 272 p., 25,50 euros

Films : « Presque tout Pagnol »,Cinémathèque de Paris

Pour les 50 ans de la mort de Marcel Pagnol, Carlotta ressort dix longs métrages en version restaurée du cinéaste, premier à oser filmer la parole. « [Elle] lui est aussi indispensable que la couleur à Michel-Ange », disait Renoir. Le tout, avec les Fernandel, Charpin, Raimu, Falstaff qu’Orson Welles portait aux nues.

S. G.

Du 10 au 21 juillet

Podcast : « Désordres ordinaires », par Thomas Rozec

Prix Albert Londres pour sa série d’articles « Quartier shit » consacrés aux quartiers Nord de Marseille, ­Philippe Pujol a couvert pendant onze ans les faits divers à « la Marseillaise ». Avec une verve qui n’a d’égale que sa plume, il se confie sur les dessous d’une carrière dans la cité phocéenne. Truculent.

H. R.

Programme B, Binge Audio

Japon : un bain de Soleil (levant)

Roman : « Comment ne pas devenir un écrivain voyageur »,par Adrien Blouët

Sur l’île d’Okinawa, un jeune écrivain en quête d’authenticité et de yens pour survivre enchaîne les boulots éreintants et peine à écrire son futur best-­seller. Quand débarque le Covid, son périple se mue en échappée drolatique. Entre « l’Empire des signes » de ­Barthes et « les Pieds nickelés ».

Elisabeth Philippe

Notabilia, 224 p., 20,50 euros

Films : « Moderne Kurosawa »

Il a croisé les traditions japonaise et occidentale pour tirer le cinéma vers la modernité. Ses films n’ont pas pris une ride. Vous y trouvez l’origine des « Sept Mercenaires » et des « Avengers » (« les 7 Samouraïs », en salle le 10 juillet), la matrice des westerns de ­Sergio Leone et de « Parasite » (« Yojimbo » et « Entre le ciel et l’enfer », en salle le 21 août avec quatre autres titres). Scorsese et Lucas sont fans.

Nicolas Schaller

Manga : « Petite Forêt »,par Daisuke Igarashi

Ichiko revient à Komori, paisible hameau isolé du nord du Japon dont le nom signifie « petite forêt ». La jeune femme y laisse couler les jours, sympathisant avec ses voisins et concoctant des plats à partir des produits offerts par la nature. Une ode très douce à la contemplation.

Amandine Schmitt

Traduit par Xavier Hébert et Naomiki Satô, Delcourt, 352 p., 15,99 euros

Beau-livre : « Isamu Noguchi », par Marion Bley

Parmi ses plus célèbres créations, la table basse « ­Coffee Table IN-50 » ou les lampes en papier Akari… Isamu Noguchi (1904-1988) était un artiste complet (designer, sculpteur, scénographe, architecte…), dont l’œuvre marqua le point de rencontre de ses deux patries : le Japon et les Etats-Unis. Une monographie élégante et accessible.

A. Sch.

Les Arènes, 168 p., 20 euros

Expo : « Mondes flottants, du japonisme à l’art contemporain », Franciscaines, Deauville

En 1854, le Japon abandonne son isolement commercial. Quel choc les peintres du XIXe siècle ont-ils ressenti en découvrant les estampes de Hokusai ou de Hiroshige ? Une mise en scène éclatante des relations artistiques fructueuses entre l’Occident et le Japon, de l’impressionnisme à l’art contemporain.

Julien Bordier

Du 22 juin au 22 septembre.

Podcast : « Japan explore », par Frédérick Sigrist

Mangas, dessins animés, jeux vidéo… La culture japonaise cartonne. Frédérick Sigrist lui consacre une série en dix épisodes thématiques. Mention spéciale : celui dédié à la gastronomie où on apprend que les Japonais n’ont jamais goûté un seul california roll, pure invention occidentale. Instructif et appétissant.H. R.

France-Inter.

Série : « Sunny »,par Lucy Tcherniak

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Suzie, Américaine vivant au Japon, voit sa vie bouleversée lorsque son mari et son fils disparaissent dans un accident d’avion. En guise de consolation, l’entreprise électronique où travaillait son époux lui confie Sunny, un robot domestique. Ensemble, ils vont enquêter sur le mystérieux conglomérat. Ludique et malin.

A. Sa.

A partir du 10 juillet, Apple TV +

Etats-Unis : les mystères de l’Ouest

Anthologie : « Chroniques de New York », par Edith Wharton

Edith Wharton (1862-1937) peignait dans ses romans et ses nouvelles, dont ce volume propose une sélection, la haute société new-yorkaise avant Trump, mais avec déjà des Melania (femmes trompées). L’œuvre majeure d’une Scott Fitzgerald au féminin.

D. J.

Edition présentée par Emmanuelle Delanoë-Brun et Anne Ullmo, Gallimard Quarto, 1 280 p., 36 euros

Film : « Paris, Texas »,par Wim Wenders

Pour repartir de zéro,il faut se réconcilier avec son passé. Et pour rêver l’Amérique, y être étranger. Tel l’Allemand Wim Wenders qui, avec ce grand film ­d’errance et d’amour, reçut la palme d’or il y a pile quarante ans. Nastassja Kinski en pull rouge, Harry Dean Stanton sans voix, la guitare slide de Ry Cooder et le désert du Texas comme dans une fable d’Homère.

N. S.

Podcast : « Fifty States », par Guillaume Hennette

Cinquante Etats, 50 épisodes. Jusqu’à l’élection présidentielle, le rédacteur en chef des reportages de « Quotidien » (TMC) dresse le portrait d’un Etat américain. Un moyen divertissant et instructif, de tout comprendre sur le Wyoming, le Vermont, l’Idaho ou l’Arkansas, avant le duel Biden-Trump.

J. B.

Roman : « Un métier dangereux », par Jane Smiley

Monterey, Californie, 1851. Prématurément veuve, Eliza trouve un travail dans une maison close. La tenancière soigne ses employées et partage ses fulgurances : « Etre une femme est un métier dangereux. » Lorsque des consœurs disparaissent, Eliza veut agir. Une enquête feelgood signée par le prix Pulitzer de fiction 1992.

A. Sch.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau, Rivages, 230 p., 22 euros

Expo : « Andres Serrano, portraits de l’Amérique », Paris-7e

Célèbre pour ses images de crucifix trempés dans l’urine, l’artiste sulfureux braque son appareil photo comme on pointe un revolver. Andres Serrano, 73 ans, fait valser le sacré et le profane, le bien et le mal, la vie et la mort. Et tend un miroir à une Amérique plus fracturée que jamais.

J. B.

Musée Maillol, Paris-7e, jusqu’au 20 octobre.

Série : « Only Murders in the Building », saison 4

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Agatha Christie aurait adoré cette histoire qui sent bon l’arsenic et la naphtaline. Un acteur sur le retour (Steve Martin), un dramaturge hystérique (Martin Short) et une artiste oisive (Selena Gomez) enquêtent sur un meurtre survenu dans leur immeuble. La meilleure série sur le New York en voie de disparition des intermittents et des losers.

A. Sa.

Par Steve Martin et John Hoffman. A partir du 27 août. Disney+

BD : « Ducky Coco », par Anouk Ricard

De nouveaux justiciers arrivent en ville : Ducky Coco, courageux canard, et Guiguitte, cheval doté de parole et de bon sens. Tout est possible dans ce western absurde : tomber sur une « vachinade » ou un ­revolver-brosse à dents. En transposant sa ménagerie au Far West, Anouk Ricard confirme qu’elle est l’autrice la plus drôle de France.

A. Sch.

Editions 2024,72 p., 23 euros

2024-07-06T15:39:24Z dg43tfdfdgfd